bushcraft en familleLe bushcraft  c'est littéralement  'l' artisanat de la brousse'. Il conviendrait plus   globalement  de parler d'art de vie dans les bois et même  en poussant un peu plus loin, de camping (très) sauvage.  

La philosophie renoue  avec l'esprit trappeur  et , nous  ne nous en cachons pas, aux cabanes en bois que l'on construisait en foret  pendant nos tendres années.

Nous sommes donc des grands enfants  qui  utilisons des techniques de survie  aussi vieilles que l'humanité. Pour les puristes , on essayera même de se passer  des outils modernes  et d'utiliser ce que nous propose notre environnement.


Mais  aujourd'hui  de nombreux "bushcrafteurs"    utilisent des outils de la vie courante plutôt que de fabriquer des couteaux en silex, des cordages en racines, des pointes de flèche en os ...

à la recherche d'écorce de bouleauLes activités de base   supposent toutefois des compétences  parfois  oubliées qu'il convient d'apprendre ou de réapprendre :

  • Faire du feu   (utilisation du silex,  frottement  etc.).
  • Créer un abri , soit temporaire, soit durable.
  • Trouver de l'eau , la rendre potable.
  • Manipuler des outils de base : couteau, scie , hachettes, couteau croches etc.
  • Construire  des installations  durables ( tables, bancs, lits).
  • Pister des animaux, piéger , chasser, pêcher.
  • Recherche de nourriture et  préparation des repas version  gastronomie forestière
  • Fabriquer des ustensiles  ( cuillères, bols) ou des outils ( ficelle naturelle, fours) ou des matières  ( charbon , fer).
  • Sculpter le bois.
  • Se soigner grâce aux plantes ou d'une manière générale avec ce que nous offre la nature.


L'activité  dépend bien sur  de l'environnement , et  on découvre ou redécouvre des modes de vie  ou des pratiques plus ou moins exotiques.

De nombreuses vidéos permettent  heureusement de redécouvrir ces savoirs -faire , sans pour autant sombrer dans le survivalisme  pur et dur,  un quelconque esprit commando  à la Rambo et  permettent à chacun de jouer  à   Robinson Crusoé  ou à Koh-Lanta .

Concluons  par cet aspect  positif : tout bushcrafteur qui se respecte  essaie de faire disparaître ses traces  pour rendre la nature aussi  propre qu'il l'a trouvé  à son arrivée.

Nous prions donc  qu'en plus  de son fond particulièrement formateur, le bushcraft fasse  prendre  conscience  de la biodiversité , d'une vie  un peu plus économe des ressources naturelles et qu'accessoirement,   les compétences accumulées  rendent  service en cas d'implosion du système (on ne sait jamais).